5 étapes pour se lancer dans le management environnemental

Vous souhaitez engager votre entreprise pour l’environnement ? Découvrez les premiers pas à prendre pour intégrer durablement l’environnement dans votre fonctionnement et la gestion quotidienne de votre entreprise.

Par où commencer ? Bilan interne

« Se connaitre est le début de toute sagesse. »—Aristote

Votre direction vous a donné le feu vert, vous pouvez tenter de rendre votre fonctionnement interne plus éco-responsable. Pour bien démarrer, Il faut dresser l’état des lieux, analyser vos activités, biens et services fournis.

Les premières étapes peuvent sembler fastidieuses car, selon votre situation, toutes les informations ne seront pas faciles à obtenir. Toutefois cet effort sera récompensé à terme car, une fois que la machine est lancée, le suivi continu ne vous prendra que quelques minutes par mois et vous permettra d’avoir une vue globale des activités internes de votre entreprise et des pistes d’amélioration possible.

1. Que dit la loi ?

Avant toute chose, assurez-vous que vous êtes aux normes avec la législation environnementale en vigueur : Avez-vous besoin d’un permis d’environnement ? Est-il respecté ? Utilisez-vous des produits dangereux ? Respectez-vous les normes de bruit ? Avez-vous un contrat de collecte des déchets ? Effectuez-vous le tri de vos déchets ?

2. Savoir ce qui sort

Ensuite il vous faudra mettre en place un suivi de vos consommations de ressources et votre production de déchets : en comparant vos décomptes de charges au fil des années, en installant des compteurs intelligents, etc. Vos fournisseurs d’eau, de gaz, d’électricité et votre collecteur de déchets proposent peut-être un service de suivi automatique. Cette étape vous permettra de repérer quels sont vos gros postes de consommation et d’envisager des mesures pour les réduire, ainsi que de détecter d’éventuelles fuites ou anomalies de consommation.

3. Contrôles des entrées

En dressant un inventaire de vos achats et dépenses internes, vous pourrez éliminer les achats inutiles et vous tourner vers des fournisseurs et produits éco-responsables : labellisés, économes en énergie, durables, recyclable, aux emballages minimisés, ou encore biologiques et locaux.

Se donner un but

« Ce n’est pas d’où vous venez qui compte, mais où vous allez. »—Ella Fitzgerald

En dressant le bilan interne, vous aurez déjà une meilleure idée des postes permettant le plus d’économies ou ayant le plus gros impact environnemental. Pour agir dessus, il faut maintenant formaliser votre engagement en fixant des objectifs et en rédigeant un plan d’action.

4. Rallier les collègues

Afin de maximiser votre impact et les chances de succès, il vous faudra impliquer un maximum de personnes travaillant dans votre entreprise. Vous pouvez faire circuler un sondage d’opinion de gestion environnementale afin d’établir des priorités d’action que les employés ont reconnues comme problématiques. Outre les postes de consommations excessives qu’il faudra réduire afin de faire des économies, il peut être intéressant d’opérer des changements qui amélioreront la qualité de l’environnement de travail. Même si les gains environnementaux de ceux-ci sont limités, toute amélioration impactant le confort des collègues les ralliera à la cause. Ceux-ci seront alors plus enclins à respecter les règles de tri de déchets par exemple, ou plus sensibles aux arguments en faveur de la mobilité douce pour se rendre au travail.

5. Planifier

Il ne vous ensuite plus qu’à élaborer un plan d’action (sous forme de politique, de charte, etc.) qui implique la direction et des personnes ressources disposées à s’impliquer dans un projet environnemental. Bien sûr, ce plan sera à respecter par la suite !

Et après ?

Pour s’assurer que votre premier effort ne soit pas vain, et que la roue du progrès continue de tourner, mettez en place un Système de Management Environnemental, avec une démarche d’amélioration continue selon la logique Plan-Do-Check-Act. Vous pouvez, par exemple, constituer une Ecoteam qui se chargera de s’assurer que les objectifs environnementaux soient respectés et qui réévaluera la situation régulièrement pour voir où sont les potentielles améliorations et, ainsi, s’inscrire dans une évolution continue.

Pour vous aider dans cette démarche, le guide pratique du bureau éco-responsable réalisé par 21 Solutions est LA référence à consulter : il est disponible ici.

Afin de faire reconnaître vos efforts et valider votre crédibilité, vous pouvez vous faire certifier. À Bruxelles, vous disposez de 3 options pour faire reconnaître vote implication environnementale : la norme ISO 14001, le règlement EMAS et le Label Entreprise Ecodynamique. Ce dernier est particulièrement intéressant car il est propre à la Région de Bruxelles-Capitale, il est gratuit et il se fait via une plateforme flexible et facile à utiliser en ligne.

Cet article vous est proposé par Annaïk Van Gerven, green@beci.be.

Vous pouvez également contribuer au contenu de notre site et vous placer comme référence auprès de nos internautes. Faites-nous part de votre expertise, de vos idées fraîches et de votre vision. Nous publierons votre texte, s’il répond aux besoins des entreprises bruxelloises et qu’il nous est fourni en français et néerlandais.

Image ©️ GettyImages